L’actualité politique du jeudi 21 avril

L’actualité politique du jeudi 21 avril

Trois électeurs de Marine Le Pen critiquent “l’arrogance” d’Emmanuel Macron et louent le programme d’immigration du candidat à l’issue de son meeting à Arras.

Frank et Virginia Walt avec Angelica Morvan, à l'issue du dernier meeting de la candidate du Parti républicain, Marine Le Pen, le 21 avril 2022 à Arras.

“Nous vivons à Calais… les problèmes de sécurité… nous savons”expose Frank Wallet, 32 ans, installateur de cheminées, à la sortie d’un meeting de Marine Le Pen à Arras. “Les immigrés font peur. Ils font leur petite vie, mais nous avons aussi notre petite vie.Angélique Morvan, 49 ans, vendeuse de bonbons continue. Trouvez-vous normal qu’on mette des panneaux ‘attention aux piétons’ sur les autoroutes ? »Virginie Witt, l’épouse de Frank, âgée de 49 ans, ajoute, faisant référence aux nombreux demandeurs d’asile qui errent dans la région de Calais en attendant une chance de se rendre au Royaume-Uni.

Une histoire personnelle l’émeut : un jour, alors que sa mère se rendait aux urgences, elle a dû être laissée seule dans le couloir, alors que deux immigrants partageaient une cabine. “Je ne suis pas raciste, loin de là”dit Virginie. « Nous pouvons les aiderexplique son mari, Mais dans leur propre pays. »

Tout le monde votera pour le candidat du Rassemblement national au second tour. Angelica est déçue quand les Français sentent que “Peur du changement” : Marine Le Pen, “Nous ne l’avons jamais eu, ils ne peuvent pas savoir”. En dehors du programme, c’est aussi une question de valeurs : “Ma fille, à l’école, n’a pas le droit de montrer sa croix. Pourquoi devons-nous cacher la croix ? Ce n’est pas normal.”

Emmanuel Macron, bien sûr, les fait tous chier. “Arrogant, sûr de lui”Surtout lors du débat d’hier soir, ont-ils dit. “Il se permet beaucoup de choses pour quelqu’un qui est arrivé un peu en retard.” Pour la campagne, dénonce Frank, qui y voit un manque de respect pour l’électorat. Et puis, pour Angelica, s’il y avait une chose qu’il avait à dire, c’était qu’il fallait juste ” Traverser la rue “ trouver un travail.

Julien Léminin

Leave a Reply

Your email address will not be published.