Pourquoi parler de « vote communautaire » et non de « vote de caste » dans les « quartiers populaires » ? – Montage

Pourquoi parler de « vote communautaire » et non de « vote de caste » dans les « quartiers populaires » ?  – Montage

billet

Cet article est réservé aux abonnés

élection présidentielle 2022dossier

Depuis le Fonds Jean-Luc Mélenchon en banlieue, notamment en Seine-Saint-Denis, certaines voix parlent d’un “vote communautaire” en faveur des insoumis. Comment ce choix sera-t-il fait sur la base de leur « société » et non sur la base de propositions socio-économiques ?

Emmanuel Macron s’installe sur les terres de Jean-Luc Mélenchon. Le candidat à un second mandat a passé jeudi après-midi à Saint-Denis pour renouer avec la banlieue à quelques jours du second tour. « La population populaire est une chance pour notre pays », Il a dit aux microphones et aux caméras. On peut discuter de l’expression “quartiers populaires” pour essayer d’en comprendre le sens exact – est-ce le taux de chômage populaire qui a été touché, le manque de services publics, la dégradation de l’habitat, la violence quotidienne, l’éloignement des transports ? – Mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Une autre fois peut-être. Revenons au voyage du président à la campagne. A Saint-Denis, Jean-Luc Mélenchon a recueilli 61,1% des suffrages dans cette ville, loin devant Emmanuel Macron (16,2%). On retrouve ce résultat dans d’autres quartiers du département mais aussi dans de nombreux “quartiers folkloriques” du pays.

Les résultats de Jean-Luc Mélenchon entre les tours font parler d’eux. Un peu de musique tourne entre quelques socialistes et des piétons. Ils se cachent derrière “shutdown” pour abandonner leur grossièreté. Le vote se fera dans les “quartiers populaires” en faveur des rebelles de banlieue “communication sociale”. Remonter un peu dans le passé…

Leave a Reply

Your email address will not be published.