Céret – “Portez-vous toujours des vêtements de dragon?”

Céret – “Portez-vous toujours des vêtements de dragon?”

Dans le cadre d’un projet de ligue de rugby en partenariat avec la Fédération Sportive de l’Enseignement Primaire, les primaires de Marc Chagall ont échangé avec Thomas Bos, entraîneur adjoint des Dragons Catalans. extraits.

sur le lobe. Un après-midi, des CM1 monolingues de l’école de Marc Chagall ont joué les Jeunes Correspondants. L’objectif du jour : Thomas Bos, entraîneur adjoint des Dragons Catalans. Quoi, treize joueurs au pays des quinze ? oui ! Car derrière cette rencontre, il y avait avant tout une volonté de mettre en place un projet sportif et culturel entre le club sportif et les écoles du pays catalan à travers la Fédération sportive de l’enseignement primaire (Usep).

“Bosco”

Pour Céret, c’est l’enseignante Martine Vieu qui rejoint le projet, faisant le lien entre ses 22 élèves et l’équipe de rugby. But ? Créer un ouvrage complet en langue moderne, en géographie, sur les notions mathématiques de ce sport, en fin d’année scolaire, pour produire un exposé sur la ligue de rugby et/ou les dragons catalans. Cela dit, c’est du sérieux. A voir ces grands enfants de 9-10 ans relever ce défi de front, on ne peut qu’être émerveillé. Ils ont donc fait une grande conscience professionnelle pour limiter les questions travaillées plus tôt en classe. Et en moins d’une heure, on a beaucoup appris sur l’ancien buteur le dragon Ainsi, il a commencé le sport à l’âge de 6 ans avant de passer 12 saisons en tant que joueur professionnel avec les Dragons Catalans. Le joueur catalan d’origine perpignanaise est désormais intégré au staff, et aura 39 ans en août. Alors que son fils Louis fête ses 10 ans ce week-end (“Vous pouvez lui souhaiter un joyeux anniversaire de notre part !”). Parfois, on l’appelle “Bosco”. En plus du rugby, il aime jouer au foot, skier, golfer… et puis on s’est occupé de choses insolites : Y a-t-il beaucoup de joueurs allemands dans la ligue de rugby ? ” demande un élève. Le professeur qui “dirige” et glisse avec émotion fronce les sourcils. Non, les Australiens ! “. Nous passons en revue son petit-déjeuner avant de connaître sa vitesse de course. Autres questions des enfants : « Portez-vous toujours des vêtements de dragon ? ou alors Avez-vous survécu à des blessures ? « Vous survivez ? Nous disons que vous avez survécu ! , Le prof continue. Parfois, Thomas Bosk dessinait un sourire, et avec beaucoup de simplicité et de tendresse il répondait aux étudiants. Ahead, nous avons distillé quelques précieux conseils pour la jeune génération. S’ensuit une longue séance de dédicace. Avant de passer à une série d’images avec la même intensité. Quand on aime, on ne compte pas. Et, comme on dit si bien en langage rugby : A l’école de Marc Chagall, l’épreuve Thomas Bosch a complètement changé !

Leave a Reply

Your email address will not be published.