Des parents condamnent un concours anti-avortement dans une école ontarienne

Des parents condamnent un concours anti-avortement dans une école ontarienne

J’ai tout de suite su que ce projet était inappropriélance Kaydence Lee Dixon, 13 ans.

Mercredi, cet élève de 8 ansH Général et ses camarades École primaire catholique St.Patricktome WoodstockIls savaient qu’ils devraient faire des affiches sur le caractère sacré de la vie.

Les panneaux doivent contenir entre autres la phrase suivante : Les bébés à naître comptentainsi que des images faisant référence à ce sujet.

Ce projet s’inscrit dans le cadre des arts plastiques et des enseignements religieux. Les bannières seront soumises à un concours organisé par Pro-Life Droit à la vie du comté d’Oxford.

Les élèves courent la chance de gagner des prix en argent.

L’éducation doit être complète et les deux points de vue doivent être donnés. […] La vie des femmes est également précieuse et leur choix doit être respecté. […] Ils doivent connaître leurs optionsla mère de Cadence, Rachel Dixon.

Cette mère, elle-même catholique, regrette un projet porté par un groupe Dans des situations extrêmes Il est présenté aux étudiants. Il regrette également que le groupe ne soit pas associé à l’école ou à l’Église catholique.

Rachel Dixon et trois autres femmes manifestant pour le droit à l'avortement.

Rachel Dixon (à gauche) et son mari retireront leurs enfants du système scolaire catholique en septembre.

Photo : Radio Canada/Kate Dubinki

ans”,”text”:”On sait quel genre d’image apparaît lorsqu’on écrit ces mots-clés dans des moteurs de recherche et c’est inapproprié pour des enfants de 13ans”}}”>Nous connaissons le type d’images qui apparaissent lors de la saisie de ces mots-clés dans les moteurs de recherche et elles ne conviennent pas aux jeunes de 13 anscomme tu dis.

Vendredi, quatre personnes, dont Rachel Dixon et sa mère, se sont rassemblées près de l’école École primaire catholique St.Patrick pour montrer leur mécontentement.

Je comprends les opinions de certains, mais il faut apprendre à nos enfants l’importance du dialogue. Je ne veux pas que les femmes aient honte de se faire avorterDit Katrina McLennan, venue manifester.

La direction de l’école s’explique

Rachel Dixon affirme qu’elle a exprimé son mécontentement à l’égard du professeur de sa fille par e-mail. Elle a également décidé de changer ses enfants à l’école pour les envoyer dans le secteur public en septembre.

Ils m’ont dit que si je n’étais pas d’accord, je retirerais mes enfants de l’écoleElle regrette.

l’école École primaire catholique St.Patrick N’a pas répondu à la demande d’entrevue, mais le porte-parole Conseil scolaire du district catholique de LondonMark Adkinson dit que l’école a contacté les parents après avoir pris connaissance de leurs préoccupations sur les réseaux sociaux.

e année, les enfants apprennent le point de vue de l’Église catholique concernant le caractère sacré de la vie et doivent créer une affiche concernant ce sujet. Les élèves peuvent également choisir de créer une affiche qui répond à la fois aux exigences de ce projet et du concours organisé par un tiers et qui est optionnel”,”text”:”Avec le programme scolaire de 8e année, les enfants apprennent le point de vue de l’Église catholique concernant le caractère sacré de la vie et doivent créer une affiche concernant ce sujet. Les élèves peuvent également choisir de créer une affiche qui répond à la fois aux exigences de ce projet et du concours organisé par un tiers et qui est optionnel”}}”>Avec programme scolaire 8H Au cours de l’année, les enfants découvrent le point de vue de l’Église catholique sur le caractère sacré de la vie et doivent créer une affiche à ce sujet. Les étudiants peuvent également choisir de créer une affiche qui répond aux exigences de ce projet et à celles d’un concours tiers, qui est facultatif.explique dans un mail.

Kaydence Lee Dixon dit qu’elle va créer une affiche avec un thème humain.

Kaydence Lee Dixon tenant une pancarte qui dit

Kaydence Lee Dixon, 13 ans, estime que le sujet du concours proposé par son professeur ne respecte pas les droits humains.

Photo: Soumis par Rachel Dixon

Dans une interview avec Radio-Canadadirecteur général deDroit à la vie du comté d’OxfordMarie Vanvin explique que le concours existe depuis 20 ans mais que c’est la première fois qu’un enseignant l’utilise comme projet pour ses élèves. Elle a également précisé que son organisation n’est pas affiliée à l’Église catholique.

e et 8e années réfléchissent à la vie humaine, qu’ils s’expriment au moyen de l’art et qu’ils aient une discussion à ce sujet à la maison et à l’école”,”text”:”En ce moment, il existe une culture de l’effacement qui permet aux gens de se débarrasser de ceux qui ont des valeurs [différentes des leurs]. Nous espérons que les élèves de 7e et 8e années réfléchissent à la vie humaine, qu’ils s’expriment au moyen de l’art et qu’ils aient une discussion à ce sujet à la maison et à l’école”}}”>Il existe actuellement une culture de l’effacement qui permet aux gens de se débarrasser de ceux qui ont des valeurs [différentes des leurs]. J’espère que les élèves de 7H et 8H Des années à réfléchir sur la vie humaine, à s’exprimer à travers l’art et à en discuter à la maison et à l’écolecomme tu dis.

Des groupes religieux fréquentent les écoles canadiennes

Selon la Coalition pour le droit à l’avortement du Canada, les organisations religieuses sont parfois invitées dans les écoles canadiennes pour enseigner l’éducation sexuelle ou pour promouvoir leurs opinions anti-avortement.

La directrice générale de cette alliance, Joyce Arthur, explique qu’il est difficile de connaître l’ampleur du phénomène car ces groupes sont généralement invités à l’initiative individuelle d’enseignants ou de membres de directions d’école.

Nous ne sommes informés que lorsqu’un parent se plaint et il n’est pas habituel qu’un parent ou un enseignant signale quelque chose comme çaMme Arthur se lamente.

D’après son exemple scolaire École primaire catholique St.Patrick ne représente que la pointe de l’iceberg.

C’est inacceptable à bien des égards. Premièrement, ils ont affaire à une organisation politique étrangère anti-avortement qui promeut des idées qui violent les droits des femmes et des personnes susceptibles de tomber enceintes. Ensuite, ils donnent un prix en espèces aux étudiants, ce qui est très trompeur. […] Je considère cela comme une violation de la liberté de conscience de l’élève.comme tu dis.

Avec des informations de Kate Dubinsky

Leave a Reply

Your email address will not be published.