piste. 60 personnalités politiques et militants dénoncent la répression des équipes pédagogiques du 93

piste.  60 personnalités politiques et militants dénoncent la répression des équipes pédagogiques du 93

Crédits image : Une révolution durable

L’éducation civique soutient l’extrême droite à l’école : Levons-nous contre la répression des 93 équipes pédagogiques !

Six enseignants de l’école primaire Louis Pasteur (Saint-Denis) ont été notifiés de leur mutation “dans l’intérêt du service” par la Direction de l’éducation nationale à la suite d’une enquête administrative sur le fonctionnaire et les propos des auditeurs ont été complètement modifiés dans le procès-verbal.

Cette répression contre un groupe connu pour son engagement pédagogique et militant est d’autant plus scandaleuse qu’elle s’appuie sur une campagne de diffamation menée par l’extrême droite contre ces enseignants. En plus d’imposer ses pratiques administratives, assorties d’un véritable harcèlement des professeurs de l’école, l’ancienne proviseure est en effet à l’origine d’un article publié dans le faux journal d’extrême droite, donnant l’exemple des professeurs de son établissement s’en prenant au « gauchisme », « à l’ultra -syndicalisme de gauche” et le “lobby LBGT”. qui “corrompraient” les écoles. On les accuse notamment… de lutter contre le sexisme à l’école, en refusant d’associer le rose aux filles et le bleu aux garçons. Dans une vidéo sur le même sujet, publiée sur Youtube en février 2022, les noms et numéros de téléphone des enseignants ont été donnés, faisant d’eux des cibles potentielles pour le monde.

Cette répression insoumise contre une équipe éducative est une preuve supplémentaire de la bienveillance et du soutien dont l’establishment, et à travers le gouvernement, bénéficie pour les idéologies et les attaques réactionnaires. Comme le note le communiqué de presse de l’équipe pédagogique, le patriotisme et l’extrême droite travaillent ici “côte à côte” pour réprimer les enseignants. Une attaque dans la lignée de l’attaque réactionnaire menée par Jean-Michel Blanquer et le gouvernement Macron sur le terrain idéologique et répressif, en combattant le “rosaire” ou le “gauchisme islamique” et en mettant en place la place de la sécurité mondiale et, ou l’autoritarisme. Dissolution des organisations extrémistes et politiques. Ainsi, Sud Éducation 93 a récemment été poursuivie en justice par le ministre Jean-Michel Blanquer et menacée de dissolution à la suite d’une plainte de plusieurs parlementaires Les Républicains pour avoir organisé une séance contre le racisme. La répression d’aujourd’hui risque de viser tous les groupes et organisations qui prétendent faire partie de la lutte contre l’extrême droite, contre le racisme, contre l’islamophobie, contre le sexisme et toutes les autres formes de discrimination.

Face à cette agression, nous appelons à nous dresser contre l’oppression dont sont victimes les enseignants et contre les menaces de l’institution qui cherche à établir des modèles pour discipliner le secteur et imposer une pensée réactionnaire dans les écoles poursuivies par l’extrême droite, soutenues par le gouvernement. . L’attaque mondiale ne concerne pas seulement les écoles, elle appelle une réponse politique commune ! Et cela commence par la lutte pour retirer toutes les peines infligées aux travailleurs asservis !

Les premiers signataires :

Lawrence de Kock, historien et éducateur

Véronique Decker, syndicaliste et militante pédagogique de Seine-Saint-Denis, a pris sa retraite de l’enseignement

Philip Meriot, instructeur et président national des consortiums CEMEA

Grégory Champat, syndicaliste et éducateur

Judith Bernard, éducatrice et directrice

Irene Pereira, Philosophe, IRESMO

Jérôme Martin, enseignant, ancien président d’Act Up-Paris

Natalie Arthod, enseignante et porte-parole de Lutte Ouvrière

Anas Kuseib, militant au front et porte-parole de la révolution permanente

Philip Bhutto, porte-parole de la Nouvelle armée populaire

Eric Cockerell, Député LFI de Seine-Saint-Denis

Clémentine Uten, députée LFI

Stéphane Bio, député Parti Communiste de Seine-Saint-Denis

Sandrine Russo, éducatrice et militante EELV

Julian Saling, chercheur et militant au NPA

Elsa Fosilon, députée PCF

Olivier Besancenot, porte-parole de la Nouvelle armée populaire

Aurélie Trouvé, présidente de l’Insoumise

Pale Bagayoko, dirigeante de l’Union populaire française de Seine-Saint-Denis, ancienne élue locale et administrative, militante dans les quartiers populaires

Patrick Prausek, ancien député-maire de Saint-Denis

Adèle Heinel, comédienne

Auror Koechlin, sociologue et militante féministe

Sasha Yaropolskaya, militante et journaliste chez XY media

Susie Rogetman, porte-parole du Rassemblement national pour les droits des femmes

Assa Traoré, militante antiraciste et membre du Comité Adama

Youssef Brakni, militant antiraciste et membre du Comité Admah

Omar Slauti, enseignant, militant antiraciste, conseiller municipal d’Argenteuil

Samir Elias, militant antiraciste

Almami Kanoute, activiste, consultant, acteur

Dominic Grange, chanteur de fiançailles

MRAP Saint Denis 93

Françoise Verges, chercheuse, féministe et militante antiraciste

Taha Bouhafs, journaliste militant

Lauren Bastide, journaliste

Caroline de Haas, militante féministe

Titiu Lecocq, journaliste et militante féministe

Thomas Portes, président de l’Observatoire national de l’extrême droite

Frédéric Lordon, philosophe

Helen Nicolas, Anthropologue, Université Paris 8 / LEGS

Juan Sebastian Carbonell, sociologue

Marie-Dominique Garnier, chercheuse à l’Université Paris 8

Christian Fuller, Philosophe, Chercheur associé au CNAM, Paris

Mathilde Larrière, historienne et maître de conférences à l’université Paris-Est-Marne-La Vallée

Silvia Capanema, maître de conférences à l’université Paris 13 / conseillère du département Seine-Saint-Denis

Florence Gauthier, historienne

Sophie Wanish, historienne

Julie Bagis, sociologue

Ugo Ballihita, sociologue

Jill Martinet, géographe, The Open University

Sybil Gulak, sociologue

Séverine Kakpo, Chercheuse en sciences de l’éducation, Université Paris 8

Nasira Qunaif, Professeur des sciences de l’éducation, Université Paris 8

Étienne Benissat, sociologue

Marwan Mohamed, sociologue

Olivier Ruff, sociologue

Yasmine Siblot, Sociologue, Université Paris 8

Karel Yun, Sociologue, Université Paris Nanterre, CNRS

Séverin Scheufele, sociologue

Anne Clairval, géographe, Université Gustave Eiffel

Stéphanie Guyon, professeur de science politique, Université Jules Verne de Picardie

Pablo Rosy, maître de conférences en informatique, Université Paris 8

Benoit Hazard, anthropologue, Ihes

Leave a Reply

Your email address will not be published.