Blanquer prône la nécessité d’une continuité politique dans l’éducation

Blanquer prône la nécessité d’une continuité politique dans l’éducation

Au lendemain de la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, le ministre de l’Education nationale, sans se prononcer sur son avenir, a voulu avancer dans le domaine de l’éducation, constatant notamment un “long sillon”.

Dans la foulée du second tour de l’élection présidentielle, le plus dur a commencé pour Emmanuel Macron, élu avec 58,54%, et qui va désormais devoir rassembler un pays plus divisé que jamais.

Outre les élections législatives, qui auront lieu les dimanche 12 et 19 juin, les spéculations vont bon train sur qui succèdera à Jean Castix à la tête du prochain gouvernement. Mais qu’en est-il de l’avenir des ministres actuels ?

“Cours tenu”

Dans le Live Toussaint de lundi matin sur BFMTV, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, était invité à commenter la réélection du président de la République dimanche. Interrogé sur son avenir, il explique :

“J’aime le rythme long. Sur le plan pédagogique, je suis resté fidèle à un cours qui est “lire, écrire et compter”. Nos évaluations nationales montrent que les enfants ont progressé en français et en mathématiques. C’est totalement unique dans les pays occidentaux, car nous l’a fait pendant la crise du Covid, et cette politique doit continuer”.

Ainsi, le ministre de l’Éducation nationale qui a exercé le mandat le plus long de l’histoire de la Ve République, avant François Bayrou, a réaffirmé sa volonté d’aller « plus loin » dans les politiques éducatives.

De nouveaux défis pour Emmanuel Macron

Sera-t-il ministre dans ce nouveau quinquennat ? “Je n’ai rien à dire sur mon destin personnel”, a-t-il déclaré. Aussi, à propos de sa présence dans les médias ces cinq dernières années et si cette dernière pouvait lui nuire pour un éventuel renouvellement à son poste, il a tenu à souligner :

“Peu importe qui je suis. Vous êtes sûr d’être battu en tant que ministre de l’Éducation nationale. Mon style n’est pas de se cacher. Il faut savoir faire des choix, être clair et écouter.”

Enfin, concernant ce qui attend plus largement le président de la République, Jean-Michel Blanquer a évoqué une politique “en même temps – en même temps”. A savoir, selon lui, “rester fidèle à l’ADN qui est le sien, mettre l’accent sur plus de sujets, être au centre de l’environnement”.

A l’aube des législatives, Jean-Michel Blanquer était confiant dans la future majorité gouvernementale : “Je crois beaucoup à la sagesse populaire.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.