Genève : Mobiliser les jeunes pour une formation sur le consentement

Genève : Mobiliser les jeunes pour une formation sur le consentement

publié

Près de 1 500 signatures ont été recueillies demandant au ministère de l’Instruction publique de proposer des cours sur la question.

Les élèves souhaitent que les cours abordent également la question du consentement (illustration).

Les élèves souhaitent que les cours abordent également la question du consentement (illustration).

Laurent Giroud / Tamedia

En deux semaines, le Consent Group, qui regroupe les associations d’élèves du second degré du secondaire, a recueilli près de 1 500 signatures afin que les élèves soient mieux formés à la notion de consentement. Ils souhaitent lui allouer huit périodes réparties sur deux séances réparties sur le cours. Les requérants s’appuient sur de nombreux témoignages de leurs pairs indiquant que le consentement n’est pas toujours compris et respecté, notamment chez les jeunes couples.

Pour les élèves, les cours d’éducation sexuelle actuellement offerts dans les écoles traitent principalement des problèmes physiques liés à la grossesse ou aux infections reproductives, et la question du consentement ne suffit pas. Selon la “Tribune de Genève”, le groupe est soutenu par plusieurs associations telles que Viol-Secours, Feminist Strike ou Purple Scarves. La ministre en charge de l’Education publique, Anne Emery-Toricenta, a relevé que cette demande s’inscrivait pleinement dans la réforme des cours d’éducation sexuelle et considérait l’éducation au consentement comme indispensable.

Les formateurs s’étaient opposés depuis plusieurs mois à la révision du système des cours d’éducation sexuelle imposée par le Département de l’instruction publique (DIP). Ils estiment que séparer les collaborateurs chargés de construire les cours et ceux qui devront les dispenser nuira à la qualité de la formation. Dernier épisode de l’histoire du frondeur, l’entraîneur et l’un des parents de l’élève ont mandaté un avocat afin de demander en justice l’ouverture d’une procédure administrative. D’après la télé Lac Léman bleula réparation serait illégale.

(mpo)

Leave a Reply

Your email address will not be published.