Cours d’étude “Pour un numérique durable”

Cours d’étude “Pour un numérique durable”

Ce n’est pas le seul enseignement de l’étude de l’Arcep pour un numérique durable.

Ainsi, environ 79 % de l’empreinte carbone numérique est associée aux appareils périphériques, notamment les téléviseurs (24 %), les ordinateurs portables (14 %) et les téléphones portables (13 %).

La création, l’importation et la vente de ces choses provoquent une pollution très importante. Alors que la brocante prend de l’ampleur, il suffit de voir l’exemple de l’arrière marché, en France on peut faire beaucoup mieux.

Les terminaux sont un enjeu crucial pour la numérisation, afin de réduire l’empreinte du secteur.

53% des appareils non utilisés en France sont conservés par leur propriétaire, il y a donc moins de bornes pouvant être reconditionnées ou recyclées.

Les téléphones reconditionnés (155 000 en 2020) par les opérateurs représentent une très faible part (2 %) des 8,1 millions de terminaux mobiles qu’ils ont vendus.

A titre de comparaison, sur l’ensemble des téléphones portables vendus en France (21,4 millions), 13% soit 2,8 millions ont été reconditionnés. Il est donc important de vérifier vos tiroirs, bureaux et meubles pour voir s’il y a un ancien moniteur ou téléphone qui y est stocké.

De plus, pour les entreprises, au moins pour remettre à neuf les téléphones de vos employés, pourquoi ne pas privilégier les reconditionnés ?

L’Arcep va progressivement étendre sa collecte de données, jusqu’alors réservée aux opérateurs télécoms, à d’autres acteurs du numérique comme les constructeurs de terminaux ou les opérateurs de data centers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.