“Voir des petites filles abandonner les maths est troublant alors que ce sujet a une place si centrale dans nos sociétés”

“Voir des petites filles abandonner les maths est troublant alors que ce sujet a une place si centrale dans nos sociétés”

Cédric Villani, à Paris, le 10 mars 2020.

Pour Cédric Villani, mathématicien et député (anciennement LRM), la réforme du baccalauréat a mis en lumière certains biais. Nouveau candidat à la législature de l’Essonne, celui qui affiche désormais son soutien à l’environnement Europe Ecologie-Les Verts regrette de souligner les différences de niveaux dans cette majeure, et le faible pourcentage de filles dans la majeure “Mathématiques” dans les classes.

En 2018, elle a rédigé avec l’inspecteur général Charles Torosian un rapport sur l’enseignement des mathématiques en France, faisant vingt et une propositions. Quatre ans plus tard, les inquiétudes sur le niveau en mathématiques des jeunes Français se sont accrues. Votre signalement est resté sans réponse ?

Le rapport 2018 s’est concentré principalement sur l’école primaire, car c’est là que se trouvent les outils les plus importants pour réformer l’ensemble du système lié à l’enseignement des mathématiques. Au cours des quatre dernières années, on ne peut pas dire que le gouvernement n’a rien fait. Une refonte a été opérée au niveau de la formation des enseignants du primaire, accompagnée de la création de laboratoires de mathématiques dans les lycées, permettant aux enseignants de réfléchir collectivement à l’enseignement de leurs spécialités. La grande majorité des actions préconisées par le rapport ont été prises en compte.

Cependant, il est vrai qu’un ensemble sans précédent de sociétés savantes, sociétés de mathématiques, d’astronomie et d’astrophysique, de biométrie, de biophysique, d’informatique, d’ingénieurs, de physique et chimie, et de classes préparatoires scientifiques, s’est constitué, très critiques à l’égard des conséquences de réorganiser le baccalauréat degré

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Réforme du lycée, impact de la crise sanitaire… Les écoles d’ingénieurs ne sont pas satisfaites du niveau en mathématiques de leurs élèves

Plusieurs indicateurs défavorables ont été notés concernant cette réforme, notamment que les filles abandonnent prématurément les mathématiques. En 2021, seules 25 % des lycéennes recevaient plus de 6 heures de cours de mathématiques par semaine contre 45 % avant la réforme. C’est donc le système qui a perdu la plupart des heures d’enseignement lors de la réorganisation du baccalauréat. Cela n’est pas conforme aux engagements du ministère de l’Éducation nationale au début du quinquennat.

Il a également été noté que les mathématiques ne trouvaient pas leur place dans le tronc commun des matières que les élèves du secondaire doivent suivre. Enfin, si les enseignants du supérieur sont conscients qu’une partie du groupe (ceux qui ont suivi l’option « mathématicien expert ») accède à leur classe à un niveau intéressant, les traits sont très hétérogènes ; Cela ne date pas de cette réforme, mais la situation s’est aggravée.

Il vous reste 40,27% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.