Secteurs d’emploi au Québec : Éducation

Secteurs d’emploi au Québec : Éducation

Bonne nouvelle pour les Français qui veulent sauter le pas vers l’immigration et travailler dans le domaine de l’éducation : la récente « opération main-d’œuvre » du gouvernement du Québec – qui tend à pallier les pénuries de personnel dans certains domaines jugés prioritaires – publie trois axes, dont l’utilisation d’immigration ciblée et des mesures pour attirer 8 000 travailleurs de l’éducation.

De la maternelle à l’enseignement supérieur

Au Québec, l’enseignement est divisé en plusieurs filières. Il existe 2 800 établissements d’enseignement public comprenant des classes de maternelle (à partir de 5 ans, non obligatoire), primaire et secondaire menant à l’équivalent du second degré en France. La poursuite des études est alors assurée par les 48 Collèges d’enseignement général et professionnel (Cégep), le premier cycle de l’enseignement supérieur menant au DEC, l’équivalent du Baccalauréat français, puis 20 universités répertoriées en 2022.

Il existe également un réseau d’établissements privés reconnus par le ministère de l’Éducation nationale, du Loisir et du Sport.

Par ailleurs, les programmes de franchise commerciale en entreprise ou en centre de formation nécessitent également des salariés.

Permis d’enseigner temporaire

Pour répondre aux besoins en personnel, notamment aux paliers secondaire et universitaire, les centres de services scolaires (anciennement appelés commissions scolaires) peuvent embaucher un tuteur sans contrat en le rémunérant à l’heure. Cette disposition permet d’acquérir une expérience, très précieuse au Québec, et de s’initier au système d’éducation.

En ce qui concerne les conditions d’accès aux professions, de nombreux immigrés obtiennent une autorisation temporaire d’enseigner auprès du ministère de l’Éducation nationale, du Loisir et du Sport, mais s’ils souhaitent exercer durablement leur profession dans un meilleur poste, ils doivent Obtenez un brevet d’enseignement en obtenant quinze crédits de cours : trois dans le système scolaire québécois, six en enseignement, trois en évaluation des apprentissages et trois en intervention auprès d’élèves handicapés ou en difficulté d’apprentissage. Ils doivent également réussir une période probatoire de 600 à 900 heures.

Les immigrés étudient déjà dans leur pays

Après avoir demandé la permission d’enseigner au Québec en ligne, un avis d’admissibilité conditionnelle est envoyé et vous êtes autorisé à passer le test de langue obligatoire. Le permis probatoire d’enseignement est délivré pour une période temporaire de cinq ans, renouvelable si tous les cours énumérés sur le permis probatoire d’enseignement sont suivis avec succès.

Concernant la formation professionnelle, les élèves désireux d’obtenir une formation professionnelle (DEP) peuvent étudier dès l’âge de 16 ans au centre de formation. Pour y enseigner, seuls les trois modules du système scolaire québécois sont requis, en plus de réussir la période probatoire.

Les immigrés n’ont pas encore enseigné

Vous pouvez enseigner au Québec avec un baccalauréat local, qui équivaut à une licence française ou à une maîtrise dans une matière scolaire. Dans la plupart des cas, la maîtrise est requise.

> Pour en savoir plus sur l’équivalence des certificats

https://www.quebecentete.com/fr/travailler-a-quebec/diplome-equivalences

https://www.quebec.ca/emploi/metiers-professions/decouvrir-metiers-professions/enseignant-formation-generale-jeunes-professionnelle-adultes/immigrer-et-enseigner-au-quebec/france

> Informations sur la période d’essai

https://www.quebec.ca/emploi/metiers-professions/decouvrir-metiers-professions/enseignant-formation-generale-jeunes-professionnelle-adultes/autorisation-densigner/stage-probatoire

Les universités

Certains programmes de premier cycle reconnaissent la formation et l’expérience professionnelles, et des crédits de cours de premier cycle peuvent être attribués. Il est possible de combiner travail et études. Aucune autorisation n’est requise pour être professeur suppléant dans une matière scolaire en rapport avec la formation obtenue en France. Cependant, pour obtenir un contrat d’enseignement pendant les études, une autorisation temporaire d’enseigner doit toujours être demandée. A l’issue de la formation, comme pour les autres niveaux d’enseignement, un brevet d’enseignement est délivré

Quels métiers ?

Maternelle, primaire et secondaire : enseignante, éducatrice spécialisée, suppléante au primaire, enseignante-bibliothécaire, préposée aux élèves handicapés, éducatrice en garderie, agente de soutien administratif, enseignante en psychologie, éducatrice thérapeutique, agente d’administration, directrice d’école, directrice des programmes éducatifs ( Primaire et secondaire).

– Au cégep : professeurs de matières générales, mais aussi d’éducation physique, d’histoire de l’art, d’informatique, de soins infirmiers, de techniques parentales, de conseillère d’orientation, de psychologie et d’accompagnement.

– Dans les universités : professeur, professeur de langue, enseignant, assistant d’enseignement, membre administratif.

Les offres d’emploi – enseignants du préscolaire, primaire et secondaire, psychologues et conseillers en information scolaire – se multiplient dans plusieurs régions, notamment les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale nationale et de l’Estre. Cette dernière région est également réputée pour ses nombreux cursus, dont deux universités, quatre établissements qui offrent une formation de niveau collégial et des centres de formation professionnelle.

Nous recherchons également, au primaire, des enseignants en éducation spécialisée, des enseignants suppléants, des enseignants d’anglais langue seconde, des enseignants de français langue seconde, des préposés au soutien administratif, des éducateurs psychosociaux et des enseignants en thérapie.

Les profils qui ont cherché à travailler au Cégep sont nombreux, consultables via ce lien : https://fr.emploicegep.qc.ca/emplois/

les salaires

Marqueur:1 dollar canadien = env. 0,70 EUR

Enseignant de maternelle : 24,22 $ à 49,28 $ de l’heure. Auxiliaire d’enseignement primaire et secondaire : 15 $ à 28,58 $/heure. Professeur de cégep : 21 $ à 52,07 $/heure. Enseignant au collégial : 25 $ à 75 $/heure.

> sources

https://www.guichetemplois.gc.ca/accueil

Les conditions de travail

L’année scolaire compte 180 jours et 20 jours de formation supplémentaires pour les enseignants. Au primaire, les cours ont lieu du lundi au vendredi. En dehors des vacances d’été, il n’y a que deux périodes de vacances : deux semaines à Noël et une semaine de « repos ». Donner quelques cours au niveau collégial ou universitaire, c’est comme le cas d’un travailleur temporaire où seules les heures de travail sont rémunérées. Les périodes de vacances et de transfert pour passer d’un établissement à un autre ne sont pas prises en compte.

Comment trouvez-vous votre emploi?

https://www.guichetemplois.gc.ca/jobsearch/

https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/employeurs/embaucher-temporaire/recrutement-haut-salaire/liste-professions/?vi=1

Offres

Universités et écoles du réseau de l’Université du Québec .

Le français à l’étranger remercie l’organisme de développement économique Entreprendre Sherbrooke Surtout Sophie Lapointe, conseillère en régionalisation des migrations, pour sa précieuse collaboration dans ce dossier.

Leave a Reply

Your email address will not be published.