Gascon Banach fait mouche au concours de rhétorique

Gascon Banach fait mouche au concours de rhétorique

Loin de l’image du jeune homme qui ne servirait qu’à bavarder, les adolescents sélectionnés à l’issue du stage qualificatif organisé dans les lycées de Dax, Saint-Paul-les-Dax, Mont-de-Marsan et Ayr- Sur – ils se sont aussi montrés capables d’argumenter en faveur des sujets qui font la société.

Troisième festival You-F

Au terme de ce concours de rhétorique, l’équipe du You-F Festival annonce – par la voix de l’un des co-présidents, Hugo Rafini – qu’une troisième édition est en préparation. Lieu, Narrosse, comme dates, vendredi 23 et samedi 24 septembre approche, stop. Le thème de cette rencontre était « Le travail, à quoi sert-il ? La programmation, qui réunira des temps d’échanges et de musique, n’est pas encore terminée.

thèmes de société

Ainsi fut la question du polythéisme, avec Cassandre Coupry, Dacquoise de Saint-Jacques-de-Compostelle. La Montoise, Hadj-Adgas, du lycée Victor-Dorre, fait l’éloge de la fraternité, puis critique Lour Saint-Germain, de Charles Despieu, “le mirage de l’égalité”. Pendant ce temps, Enzo Barsac, qui a fait ses études au lycée Gaston Crump d’Ayer-sur-Lador, a évoqué les limites de la liberté. Pendant ce temps, son camarade de lycée Jean Dart pensait qu’enfreindre les règles ne rendait pas libre. Vitya Dharmanti, initialement au lycée Aaron Taziv de Saint-Paul-les-Daxes, s’est exprimée avec malice sur le thème “Elle n’a pas d’opinion, a-t-elle vraiment une opinion ?”

Plus de 300 lycéens, issus de sept écoles landaises, ont assisté à cette finale du concours de rhétorique You-F Festival, lundi 2 mai.

Plus de 300 lycéens, issus de sept écoles landaises, ont assisté à cette finale du concours de rhétorique You-F Festival, lundi 2 mai.

petit ami

Les finalistes ont reçu ces questions il y a une semaine, assignées au hasard par un algorithme après avoir été rédigées par les organisateurs, afin qu’ils aient le temps de travailler sur le sujet et décident de défendre ou de dénoncer l’idée de rédaction.

“J’ai fait un sondage sur moi. Quand tout le monde a répondu “oui”, j’ai décidé de défendre le “non”, sourit la gagnante de ce concours de rhétorique, Daphné Dailey. En première année au lycée Borda de Dax, la jeune femme de Bojan démoli l’idée que je devrais Nous devons “mieux diviser”.

Après avoir semé le trouble dans le public en abandonnant le français pour le gascon, la langue acérée de Daphne Dailey a fait mouche avec son discours plein de profondeur et d’humour. A 16 ans, le lycéen a également pu utiliser diverses références, du poète Francis Bong à la philosophe Hannah Arendt, en passant par la chanteuse Orlsan.

Leave a Reply

Your email address will not be published.