Les enseignants ont été libérés pour corriger les examens spécialisés

Les enseignants ont été libérés pour corriger les examens spécialisés

Pour corriger les épreuves du baccalauréat décalées de mars à mai, les enseignants profiteront de licenciements afin de gagner du temps.

Les enseignants bénéficieront de quatre demi-journées de mise à pied pour corriger les épreuves du baccalauréat spécialisé qui se dérouleront du 11 au 13 mai, selon un texte publié par le ministère de l’Éducation nationale jeudi au Journal officiel de l’Éducation nationale.

Pour ces examens, reportés de mars à mai en raison de la pandémie de Covid et se tenant pour la première fois depuis la réforme du lycée en 2019, les enseignants bénéficieront d’un forfait de maximum quatre cours d’une demi-journée. Pour corriger « la transcription, indique ce texte, signé par le directeur général de l’enseignement scolaire (Djesko), Edward Jeffrey.

Il a expliqué que “ce forfait sera utilisable, au choix de l’enseignant après approbation du chef d’établissement, entre le 17 mai et le 3 juin 2022”.

“une vraie satisfaction”

Les syndicats d’enseignants ont demandé cette décharge. Le Snes-FSU, premier syndicat de lycéens, a demandé “du temps pour effectuer les tâches liées aux examens”. En avril, l’envoyé spécial-ONSA avait sollicité du “temps libre” le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, jugeant “déraisonnable de demander à des correcteurs d’assurer ces corrections en plus de leur travail d’enseignement et de réunions diverses”.

“Nous aurions aimé plus, mais nous sommes vraiment satisfaits que le ministère ait finalement clos ce dossier”, a déclaré le secrétaire général Stefan Crochet. Pour Sophie Venetitay, secrétaire générale du Snes-FSU, qui a demandé une semaine de mise à pied, c’est aussi une “décision qui va dans le bon sens, même si on préférerait plus de temps, car il reste une charge corrective”.

Les épreuves spécialisées débuteront cette année les épreuves écrites du baccalauréat, avant la philosophie le 15 juin et le français le 16 juin (dans la première émission), suivies des grandes épreuves orales entre le 20 juin et le 1er juillet. L’an dernier, ces tests de spécialité ont été remplacés par une surveillance continue en raison du Covid.

Leave a Reply

Your email address will not be published.