Programmes spéciaux scolaires | Québec veut s’attaquer aux frais parentaux

Programmes spéciaux scolaires |  Québec veut s’attaquer aux frais parentaux

(Québec) Jean-François Roberge promet de nouvelles mesures pour éliminer les barrières financières qui minent l’accès aux programmes privés dans les écoles publiques afin d’augmenter l’accessibilité.

Posté hier à 13h09.

Hugo Bellon Larousse

Hugo Bellon Larousse
Journalisme

Et le ministre de l’Education a annoncé, mercredi, lors d’une étude des dotations de son ministère, un important processus comptable annuel au Parlement.

En réponse à une question de la députée de Québec solidaire Christine Labre, M. Robert a dit qu’il faut « favoriser l’accès » à des programmes spécifiques, comme les arts-études, le sport-études, les sciences et autres. Le ministre a ajouté que l’enfant ne devrait pas être “privé de fréquentation scolaire”. [dans ces programmes] Selon les revenus de ses parents.

Cependant, Jean-François Roberge a fourni peu de détails pour expliquer comment le gouvernement renoncerait aux frais actuellement imposés aux parents. Il a promis qu’une annonce serait faite dans les prochaines semaines et que de l’argent serait alloué spécifiquement à ce dossier.

Ce nouveau poste est un changement d’orientation du gouvernement Legault. Au printemps 2019, les partis d’opposition réclamaient unanimement la gratuité scolaire pour ces programmes, alors que Québec menait des consultations publiques sur le projet de loi 12 « pour clarifier la portée du droit à la gratuité scolaire et permettre un encadrement de certaines contributions financières qui pourraient être exigées ». .” Le projet de loi adopté prévoit « le droit à des services éducatifs gratuits ». […] Elle ne s’étend pas aux prestations fournies dans le cadre de projets pédagogiques spécifiques.

« Les parents acceptent qu’il y ait des projets spécifiques, et ils acceptent que ces projets spécifiques aient des coûts », a expliqué le ministre Robertge.

Rapport de maternelle 4 ans

La députée libérale Marwa Rezgui et la députée péquiste Véronique Hévon ont aussi interrogé mercredi le ministre Roberg sur l’état de l’édition préscolaire pour les 4 ans, principale promesse de l’Alliance Avener Québec (CAQ) lors des dernières élections.

En réponse à Mmoi Le ministre de l’Éducation, Hevon, a déclaré que près des trois quarts des enfants fréquentant une classe de maternelle de 4 ans cette année (74%) ont déjà fréquenté une école maternelle agréée. Pour un porte-parole du Parti Québécois pour l’Éducation et la Famille, cette donnée est préoccupante, car le Québec ciblait principalement les familles issues de milieux qui n’envoient pas leurs enfants dans un service de garde éducatif.

“Il faut mettre en place une campagne de sensibilisation à grande échelle dans les foyers familiaux, les crèches sans visites, les lieux fréquentés par les familles où les enfants ne vont pas en accueil éducatif à temps plein. Il faut aller dans les zones à risques, dans les organismes communautaires et les organismes qui accueillent les nouveaux arrivants. , “moi Hivon.

Leave a Reply

Your email address will not be published.