Conflit au lycée Maryse-Bastié de Limoges : le principal quitte, l’ambiance reste tendue

Conflit au lycée Maryse-Bastié de Limoges : le principal quitte, l’ambiance reste tendue

L’ambiance à l’intérieur du Lycée Maryse-Bastié gagnera-t-elle en sérénité ? Je ne suis pas sûr… Joseph Makoto, le proviseur de l’école qui était accusé par une partie de la faculté et conseiller principal d’éducation (CPE) d’avoir une gestion autoritaire de ses équipes, a été ému par la direction…
L’information révélée par nos confrères de France 3 Nouvelle-Aquitaine a été confirmée par le Rectorat de Limoges. Le poste de Chef de Projet a été proposé au Directeur au DAFPEK (Mandat Académique de Formation Initiale, Professionnelle et Continue). qu’il accepta avec joie.
Joseph Makoto sera remplacé par Fabrice Lorencier, l’actuel manager de Saint-Junien à partir du 11 mai. En attendant, le directeur adjoint assurera la gestion de l’établissement.

rigide

Le “climat de peur et de division” est dénoncé depuis des mois par certains cadres, et les manifestations devant l’institution s’enchaînent. La médecine du travail a été alertée sur la souffrance au travail.
Joseph Makoto, pas inquiété, a continué à nier les faits, reconnaissant que le dialogue est impossible.
La situation dura des mois jusqu’à cette solution, trouvée par le Rectorat de Limoges.
“On lui a proposé ce poste de chef de projet pour apaiser les tensions. C’était mieux pour le personnel, et c’était mieux pour lui”, résume la direction de l’université. Il a débuté le jeudi 5 mai à son nouveau poste. »

Lettres de diffamation ?

Ce jeudi 5 mai, Joseph Makoto a appelé à plusieurs reprises, et n’a pas répondu à une demande d’interview. En revanche, l’enseignant, qui a préféré rester anonyme, a donné une autre version des événements. Selon elle, les enseignants qui ne participaient pas aux manifestations gardaient un bon contact avec le directeur avec qui ils parlaient facilement.

“Ce ne sera pas facile pour le prochain patron.”

L’école (vider)

Le noyau dur des manifestants a toujours refusé de lui parler et nous a calomniés et calomniés, car nous n’étions pas dans la même situation. Ils nous appelaient des gringos, des équipes de rêve, disant qu’on avait des avantages sociaux. »
Des courriels ont même circulé montrant ces professeurs lécher les semelles des quatre du directeur… Six plaintes pour diffamation non publique ont été déposées auprès du procureur général, ainsi que des plaintes contre Joseph Makoto de la part de l’autre partie. Il a également porté plainte contre les manifestants. Deux clans continuent de s’opposer malgré tout, donc l’ambiance n’est pas aussi calme qu’on pourrait le penser même après cette « infiltration ».
Cet enseignant prédit que “la tâche ne sera pas facile pour le prochain proviseur”. “Au final, Joseph Makoto est devenu cadre à l’université, c’est bien que ce ne soit pas si mal ! C’est une promotion. Et croyez-moi, certains des étudiants témoins des conflits ont très mal pris son départ.”

Lycée Maryse-Bastié, à Limoges, gravé dans un conflit entre le proviseur et quelques enseignants

Franck Laguerre

Leave a Reply

Your email address will not be published.