Faustin Arching Touadera : le président centrafricain qui continue d’enseigner

Faustin Arching Touadera : le président centrafricain qui continue d’enseigner

Comme tous les samedis, ce professeur de maths que l’on peut qualifier d’atypique rejoint les étudiants du master.

Il s’agit du président de la République centrafricaine, Faustin Arching Touadera.

Venu donner un cours de distribution à l’université de Bangui. Les étudiants qui ont le privilège de rencontrer le chef de l’Etat ne le considèrent que comme un enseignant venu faire son travail.

A lire aussi sur BBC Afrique :

“Quand le patron vient en classe, je me dis que c’est un prof. Je le considère comme un simple prof.”

Le chef de l’Etat de ce grand pays d’Afrique centrale profite de ses heures du samedi pour enseigner à l’université de Bangui.

“Je suis un enseignant professionnel, donc je suis très intéressé par la formation des PDG en Afrique centrale, et je continue à enseigner au profit de ces jeunes”, dit-il.

”J’enseigne depuis 1987. Il y a une majeure que j’adore’, confie celui qui a été réélu pour un second mandat en décembre 2020, les mathématiques.

Concilier éducation et gestion du pouvoir

Faustin-Archange Touadera a pris le pouvoir en 2016, à la tête d’un pays tiraillé entre rébellions et luttes sociétales.

Il a également été Premier ministre entre 2008 et 2013.

L’agitation et les troubles dans le pays n’ont pas entamé la volonté du président de continuer à exercer son métier.

L’éducation est précisément l’un des défis auxquels son pays est confronté. Selon M. Touadera, l’université où il étudie n’a pas assez d’enseignants.

“C’est l’un des plus grands défis auxquels notre système est confronté. C’est pourquoi nous encourageons les jeunes à poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur et à combler cette lacune très importante.

Il insiste sur le fait que “l’éducation est une priorité pour le gouvernement”.

“Ça s’est très bien concilié”, dit-il, évoquant sa fonction de chef de l’Etat.

” Cela ne me dérange pas. Au contraire, ça se complète car avec mes élèves, ça me permet aussi d’avoir un retour sur les actions que l’on pose.

“Ils (les étudiants) me posent constamment un certain nombre de questions.”

Modèle inspirant

M. Touadera impressionne ses étudiants, qui voient en lui un modèle.

« En tant qu’étudiante en mathématiques en République centrafricaine en particulier, je suis confrontée à de nombreux défis chaque jour », déclare Laila Songuyo.

“Je veux apporter ma contribution au développement de la République centrafricaine”, ajoute-t-elle.

Elle n’exclut pas non plus de devenir présidente de la république.

“Pendant des décennies, nous n’avons eu qu’une seule femme présidente, donc je voudrais suivre les traces de Madame Samba Panza.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.