Quels sont les principaux chantiers du ministre de l’Éducation nationale ?

Quels sont les principaux chantiers du ministre de l’Éducation nationale ?

Plus de ressources pour les écoles, les collèges, les lycées et les enseignants. L’éducation a été annoncée comme l’un des projets les plus importants de ce nouveau cycle quinquennal. Par ailleurs, Emmanuel Macron a promis 12 milliards d’euros annuels d’ici 2027 pour l’éducation et la jeunesse, dont 6 milliards d’euros pour les augmentations de salaire. D’autant plus que les urgences éducatives sont nombreuses. 20 minutes Évaluer les priorités qui attendent le futur gouvernement.

Rétablir la confiance entre le ministère de l’Éducation et les enseignants

Le quinquennat de Macron 1 se termine sur une note négative concernant la relation des enseignants avec leur ministre, Jean-Michel Blanquer. La grève massive du 13 janvier lui a semblé une sorte de reniement, selon Sophie Venetitay, secrétaire générale du Snes-FSU, le premier syndicat de l’enseignement secondaire : “Nous avons atteint un point de rupture historique. On lui reproche sa façon de faire”. trop vertical, et découvrant ses annonces dans la presse, le fait qu’il ne supporte pas une contradiction.” Un avis partagé par Guillaume Prévost, délégué général de VersLeHaut, un groupe de réflexion dédié à la jeunesse et à l’éducation : “Les enseignants ont été gravement brûlés pour Jean-Michel Blanquer a donné des coups circulaires sans trop se soucier de la mise en œuvre de ses décisions sur le terrain.

Pour célébrer une nouvelle ère, Emmanuel Macron a promis une “nouvelle voie”. S’agissant de l’éducation, “les objectifs seront fixés au niveau national, mais nous rejetterons localement les voies et moyens pour les atteindre”, a-t-il déclaré lors de l’entretien d’inter-ronde avec Marine Le Pen. Reste à savoir qui nommera rue de Grenelle : “Compte tenu du contexte sensible, il choisira sans doute une personne ouverte et intéressée par les corps intermédiaires. D’autant que l’exécutif a tout à craindre d’un troisième tour social”, estime Guillaume Prévost.

Augmenter les salaires des enseignants

Les enseignants du primaire et du secondaire gagnent 7 % de moins que la moyenne des pays de l’OCDE, et 20 % de moins après dix ou quinze ans de service, selon le rapport annuel. Perspectives sur l’éducation Publié en septembre 2021. Emmanuel Macron a promis de réévaluer le point d’indice, servant au calcul des salaires des fonctionnaires, “avant l’été”. Il a également annoncé une “augmentation significative” des salaires des enseignants.s, qui serait associée à l’acceptation de nouvelles tâches (remplacements, aide aux devoirs, suivi individuel des élèves, etc.). Par ailleurs, il dit vouloir augmenter les salaires pour qu’il n’y ait pas de “début professionnel à moins de 2.000 euros” par mois. Une situation d’urgence, selon Sophie Venetiti : “La baisse des salaires des enseignants est une réalité, ainsi que l’appauvrissement des jeunes. Mais nous ne sommes pas favorables au ‘travailler plus pour gagner plus’. Il faut simplement réévaluer l’acte de l’enseignement et de ne pas augmenter le nombre ou le nombre d’heures supplémentaires.

Guillaume Prévost s’attend à des discussions animées : “Le sujet des engagements de service des enseignants est explosif. Donc un gros round de négociations est prévu. En revanche, l’augmentation de 10% des premiers niveaux devrait se décider plus facilement”, estime-t-il.

Résoudre la crise de l’emploi

C’est la patate chaude que traversent tous les ministres de l’éducation, sans trouver de vraie solution. Mais la situation est dangereuse. En 2021, il restait 238 places vacantes dans l’enseignement secondaire, principalement en mathématiques, classiques et allemand. Dans le même temps, les démissions se sont multipliées : 937 au primaire en 2021, et 617 au collège et au lycée. “Certaines classes, notamment au collège, n’ont pas de professeurs dans certaines disciplines”, précise Sophie Vénétitay. Pour corriger la situation, il est clair qu’il faut augmenter les salaires, mais aussi améliorer les conditions de travail : « en réduisant la taille de la classe et en permettant aux enseignants formés d’entrer progressivement dans le métier », suggère le syndicaliste. Guillaume Prévost suggère : « Nous devrions également conclure des contrats de dix ans pour permettre à des personnes du secteur privé de venir enseigner une partie de leur carrière.

Mettre les maths dans le tronc commun au lycée

Depuis la réforme du lycée, les mathématiques ont disparu du tronc commun en première et en dernière année, et la discipline n’est enseignée qu’en tant que discipline. Cela pénalise la formation des étudiants et limite leur choix d’orientation dans l’enseignement supérieur. Emmanuel Macron a promis de rétablir la discipline, d’abord en première instance. “On se dirige vers une heure et demie de maths, qui viendront s’ajouter à l’enseignement des sciences à la 1re. C’est un petit patch”, explique Sophie Finniti.

Les syndicats s’interrogent surtout sur la faisabilité de cette mesure, alors que les préparatifs de la rentrée sont déjà achevés. Autre incertitude : y aura-t-il assez de profs de maths pour dispenser les cours, alors qu’ils sont déjà en déficit ?

réparation des reins

Ce serait le mauvais rapport de l’éducation sous Macron 1. Non seulement il ne bénéficiait d’aucune réforme, mais il perdait des ressources : « Il y a eu une hausse de la population collégiale au début du quinquennat alors que le nombre de postes a diminué. Nous n’avons pas les moyens de travailler en petits groupes”, constate Sophie Finniti. Conscient de l’importance de la classe de sixième, Emmanuel Macron a annoncé lors de la discussion qu’il aimerait la refaire, peut-être à REP+ dans un premier temps.

Il a également promis de corriger la tendance. Du cinquième au troisième jour, une demi-journée par semaine devrait être consacrée à « l’enseignement manuel et pratique », à « l’enseignement numérique » et à la découverte du personnage. « Ce sera un moyen de rehausser le niveau du secteur professionnel en amont, en donnant plus de place aux compétences pratiques », précise Guillaume Prévost.

Réforme du secondaire professionnel

Emmanuel Macron a annoncé sa volonté d’augmenter de 50% les stages en entreprises et de rémunérer les salaires des lycéens pendant leur passage en entreprise. Car il souhaite que le lycée professionnel s’inspire de la réussite de la formation professionnelle. Mais pour augmenter le temps en entreprise, il faudra réduire le nombre d’heures de formation générale, ce qui n’est pas ce que souhaitent les syndicats d’enseignants », confirme Guillaume Prévost.D’où, là aussi, de vives discussions sont à prévoir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.