Le Directeur Général de l’Enseignement Scolaire a rassuré en précisant : « Nous aurons les professeurs de mathématiques nécessaires.

Le Directeur Général de l’Enseignement Scolaire a rassuré en précisant : « Nous aurons les professeurs de mathématiques nécessaires.

“Nous aurons les professeurs de mathématiques nécessaires devant les classes”, Rassurez-vous ce jeudi 12 mai sur franceinfo Édouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) alors que tous les postes ouverts aux différents concours, dont le Capes, pour devenir enseignant ne seront pas pourvus cette année. Il n’y a pas assez de candidats en mathématiques et en allemand en particulier. Édouard Geffray assure que l’éducation civique a « Les gens réservent » Il indique également que la situation cette année “délicat et spécial” Car les règles d’admission au concours pédagogique ont été modifiées.

franceinfo : Le manque de candidats pour devenir enseignants est-il un projet récurrent ?

Edouard Jeffrey : Il s’agit d’un projet récurrent mais dans ce cas, la situation cette année est bien particulière. C’est lié à la réforme des concours pédagogiques puisque désormais nous recrutons des professeurs en master 2 comme avant qu’on les embauchait en fin de master 1. Comme c’est l’année de mise en place, nous avons des candidats qui étaient déjà nominés l’an dernier en master 1 .. ils ont passé le concours et n’ont pas postulé à nouveau cette année. Nous avons donc eu une situation très particulière et ponctuelle qui sera résolue l’année prochaine. De plus, sur une longue période, il existe déjà des disciplines qui attirent historiquement peu d’étudiants et donc peu de candidats aux concours. C’est le cas dans certaines langues. On peut notamment penser à l’allemand car nous n’avons généralement pas beaucoup de candidats, mais cela ne nous empêche pas d’affecter des professeurs chaque année.

Jean-Michel Blanquer, au nom d’Emmanuel Macron, s’est engagé à renforcer la place des mathématiques dans le tronc commun des lycéens. Une heure et demie en début d’année scolaire. Qu’est-ce que ça veut dire?

Nous avons un certain nombre de ressources qui sont actuellement dites en stock et qui seront donc allouées aux académies. Il s’avère que, notamment à cause de la situation liée au Covid-19, nous avons recruté cette année un peu plus de personnes que ce dont nous aurions eu besoin en temps normal. Il y a donc une réserve de salariés qui continueront leur travail l’année prochaine, et qui pourront donc prendre en charge des cours 24h/24 et la moitié de l’objectif fixé par le président. Pendant une heure et demie de mathématiques, nous aurons les professeurs de mathématiques nécessaires devant la classe.

Pour attirer plus d’étudiants à l’enseignement, plus de candidats à concourir – en dehors de la particularité de cette année vous expliquez – ne faudrait-il pas tout simplement les rémunérer plus ?

Comme vous le savez, le processus de promotion a commencé, surtout en début de carrière. Il y a eu en fait deux campagnes de promotion au cours des deux dernières années. Ensuite, il est essentiel avant tout que nous réussissions globalement à attirer les étudiants et à les orienter vers des disciplines particulières. Si vous abordez l’histoire, la géographie et la philosophie de manière structurée et pendant des années, nous n’aurons aucun mal à nous faire recruter dans ces disciplines. Si vous prenez l’allemand ou les mathématiques à un degré moindre, le nombre d’étudiants qui suivent ces cours est en fait beaucoup moins important, et c’est donc là que vous devriez réussir la rotation. Très concrètement, les gens qui réussissent leurs examens aujourd’hui, sont entrés dans le domaine supérieur il y a cinq ou six ans, donc ils ont choisi il y a cinq ou six ans. Nous sommes donc dans longtemps.

Leave a Reply

Your email address will not be published.