Rythmes Scolaires : La Semaine de 4,5 jours Résiste en Tarn-et-Garonne

Rythmes Scolaires : La Semaine de 4,5 jours Résiste en Tarn-et-Garonne

primaire
Alors que 92 % des écoles françaises sont revenues au système de 4 jours par semaine, dans le Tarn-et-Garonne, c’est le système de 4,5 jours qui reste le plus apprécié. Mais pour combien de temps ?

Le Tarn-et-Garonne est-il la dernière région des Grecs irréductibles qui refusent de changer le rythme scolaire de leurs écoles ? Si 91,9% des écoles au niveau national reviennent à une semaine intensive de 4 jours, c’est tout l’inverse dans le département. Au 1er septembre 2021, seules 38 écoles sur 210 ont décidé de ne pas travailler le mercredi matin dans le Tarn et Garonne. 85,13% des écoliers du département ont un rythme scolaire étalé sur 4,5 jours. Les dernières communes portées à 4 jours sont Molières, Grisolles et Lauzerte, selon la liste de Pierre Roques, directeur académique des services de l’Éducation nationale. Deux autres communes ont déposé un dossier pour faire de même. Lorsqu’il y a consensus entre le conseil d’école et le conseil municipal, je ne suis pas opposé à ce changement de rythme scolaire. « Pour la rentrée prochaine, Caussade (quatre écoles) et Saint-Nicolas-de-la-Grave (deux écoles) fermeront leurs classes mercredi matin.

Dans les écoles primaires, la semaine est en principe organisée sur neuf demi-journées du lundi au vendredi depuis 2013. Mais dès 2017, l’adaptation est possible. Dans le Tarn-et-Garonne, c’est Larrazet qui a ouvert la voie grâce à un non-respect obtenu en 1999 avec une école de quatre jours de 18 ans à travers une expérience de rattrapage pendant les jours d’école pendant les vacances. « Évidemment, il y avait une unanimité entre les parents d’élèves, les enseignants et la mairie sur ce rythme de 4 jours », se souvient l’ancien maire Gislan Dangas. Lors de la discussion de notre choix, nous avons noté que les écoliers n’étaient pas dépendants d’un transport en commun et que les familles n’avons aucun problème à garder des enfants un mercredi matin, nous n’avons jamais regretté ce choix.”

La situation actuelle au Grand Montauban

Dans la communauté d’agglomération de Grand-Montauban, nous continuons le travail à l’école primaire le mercredi matin et tolérons pleinement ce choix : « Quand cette réforme nous a été imposée en 2013 pour passer de 4 à 4,5 jours de classe par semaine, c’était trop compliqué de créer de nouvelles Il a fallu revoir l’organisation des écoles, trouver des acteurs sportifs ou culturels, se souvient Brigitte Barrige, maire de Montauban.Maintenant que tout fonctionne très bien, et que tout est en place, on ne va pas aimer tout changer. » Une décision qui s’applique à toutes les communes de la communauté urbaine incluses dans l’organisation du service de transport scolaire.

L’Etat continue de verser les salaires municipaux qui maintiennent la semaine à 4,5 jours, un forfait annuel de 50 euros par élève. Mais le retour de la semaine à 4 jours semble inéluctable dans les années à venir, les enseignants y étant majoritairement favorables.

32 communes ont passé 4 jours

En 2017 : Beaumont-de-Lomagne, Garganvillar, Larrazet.
En 2018 : Cazes-Mondenard, Escazeaux, La-Ville-Dieu-du-Temple, Lavit-de-Lomagne, Marsac, Monteils, Montpezat-de-Quercy, Pompignan et les Groupements éducatifs intercommunaux (RPI) Faudoas-Le Causé, RPI Gensac-Esparsac, RPI Roquecor-Saint Amans du Pech-Valeilles, Saint-Porquier, Sérignac.
En 2019 : Castelferrus, Caylus, Laguépie, Lizac, Varen et Valence-d’Agen.
En 2020 : Parisot, RPI Castelsagrat-Montjoi.
En 2021 : Molière, Grisoul, Lucert.

Respecter l’intérêt supérieur de l’enfant

La présidente administrative et régionale des conseils de parents, Beatriz Malville, demeure opposée au passage à 4 jours par semaine.

Beatriz Malville, présidente du FCPE 82.

Beatriz Malville, présidente du FCPE 82.
DDM – DDM-CHANTAL LONGO

Pourquoi êtes-vous si attaché à maintenir le rythme de cette école 4,5 jours par semaine ?

Simplement pour une question sur la chronologie des enfants. Plusieurs études montrent que l’apprentissage est meilleur le matin. Se priver d’un mercredi matin pour accélérer les quatre autres jours de la semaine ne respecte pas l’intérêt supérieur de l’enfant.

Ne pas travailler le mercredi matin et ne pas laisser les enfants se reposer ?

Non, c’est faux. Toutes les familles n’ont pas la chance de s’occuper de leurs enfants un mercredi matin. Certains restent seuls et passent la matinée devant la télé, tandis que d’autres se lèvent tôt pour aller au centre de divertissement. Avec ce rythme de milieu de semaine, ils reviennent souvent en classe plus fatigués le jeudi matin.

Comment expliquez-vous qu’en Tarn-et-Garonne, la semaine de 4,5 jours ait été largement maintenue ?

Je pense que les inspecteurs de l’Education nationale avaient la volonté de bien accompagner les commissions scolaires et d’expliquer les bienfaits à l’enfant. Je pense aussi que le réseau de transports scolaires de notre département est très complexe et qu’il est plus simple de ne pas y toucher.

Selon la tendance nationale, toutes les écoles du département devraient bientôt revenir au 4 jours…

J’espère que non. A l’origine, c’est Jules Ferry qui tenait les mercredis matins pour les enseignements religieux. Cela ne se justifie plus aujourd’hui. Il y a 144 jours d’école par an en France, la moyenne dans les pays de l’OCDE étant de 187 jours. Il faut arrêter de compresser 4 jours d’heures d’enseignement, ce qui est une mesure préjudiciable pour nos élèves et nos apprentissages.

Leave a Reply

Your email address will not be published.