Éducation : Jean-Michel Blanquer assure qu’il y aura suffisamment de professeurs de mathématiques à la rentrée

Éducation : Jean-Michel Blanquer assure qu’il y aura suffisamment de professeurs de mathématiques à la rentrée

Face à l’inquiétude des enseignants et des parents d’élèves, le ministre de l’Éducation nationale a tenu à rassurer sur l’effectif des professeurs de mathématiques pour la rentrée à venir.

Ce mercredi, Jean-Michel Blanquer a également annoncé le retour des mathématiques dans le tronc commun “pour ceux qui ne se spécialisent pas dans l’enseignement scientifique”.

Cette annonce intervient après une vague d’inquiétudes suite à une forte baisse du nombre de candidats qualifiés aux concours d’enseignants. En effet, sur les 1 035 postes ouverts aux professeurs de mathématiques au Cap, seuls 816 candidats sont éligibles cette année.

Le 11 mai, Edward Jeffrey, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco), a confirmé qu'”il n’y aura pas de pénurie d’enseignants à la rentrée”.

Histoire du quiz

Selon le représentant de la Dgesco, cette situation s’explique par la réforme de la formation des enseignants. Désormais, seuls les candidats en deuxième année de Master peuvent y assister, alors que cela se faisait auparavant en fin de première année. D’où le déclin qu’Edward Jeffrey qualifiait d'”attendu”.

Mais l’inquiétude est forte de la part des professeurs et des parents d’élèves. Car mercredi, Jean-Michel Blanquer a annoncé le retour des mathématiques dans le tronc commun, même pour “ceux qui ne poursuivent pas une formation scientifique spécialisée”. Un « engagement du président de la République » se matérialise par 3h30 de cours de sciences et mathématiques en semaine.

“Besoin d’un terreau fertile”

D’où plus d’heures, ce qui signifie qu’il faut plus d’enseignants. Vendredi, le ministre de l’Education nationale a fait part de son souhait d’être assuré du nombre de professeurs de mathématiques, notant qu’il y aurait “le rassemblement nécessaire pour assurer une heure et demie dès la rentrée prochaine”.

Dans un communiqué de presse publié mercredi 11 mai, intitulé “L’heure est dangereuse”, l’Association nationale des lycées et collèges a exigé “une compensation des salaires sans indemniser tous les enseignants”. Ajoutant que, “pour commencer à retrouver de l’attractivité, notre métier ne doit pas être un symbole de réduction”.

De son côté, Jean-Michel Blanquer a confirmé qu’il ne reviendrait pas comme ministre de l’Éducation nationale après le prochain remaniement ministériel.

Leave a Reply

Your email address will not be published.