Québec veut attirer 5 000 cégépiens dans la région

Québec veut attirer 5 000 cégépiens dans la région

Le ministère de l’Enseignement supérieur pompera 112 millions sur cinq ans

Posté hier à 8h00.

Léa Carrier

Léa Carrier
Journalisme

Programme de mobilité étudiante bonifiée et bourses bonifiées : le Québec met tout en œuvre pour attirer les jeunes des grands centres vers les cégeps régionaux.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, a dévoilé jeudi son nouveau plan pour stimuler la mobilité étudiante : le programme Parcours, qui permettra à 5 000 étudiants des cégeps d’étudier en région d’ici cinq ans.


Photo d’Eric Labe, Archives Le Soleil

Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur

À compter de l’automne prochain, les étudiants qui s’inscriront à l’un des 18 programmes régionaux admissibles des cégeps recevront une bourse annuelle de 7 500 $, tous programmes confondus.

L’hôte des cégeps sera également indemnisé. Québec leur remettra 1 500 $ par étudiant, afin qu’ils puissent assurer leur intégration et favoriser les bourses.

Au total, l’administration injectera environ 112 millions de dollars sur cinq ans dans le programme, dont un peu plus de 6 millions de dollars seront versés en 2022-2023.

Depuis la première année, la secrétaire Danielle McCann espère convaincre 1 000 étudiants de tenter l’expérience. Le déménagement sera élevé : l’an dernier, moins de 400 étudiants du cégep ont quitté la maison pour étudier dans la région.

Cependant, il existe un programme de mobilité étudiante au Québec depuis plusieurs années. Pour attirer les jeunes, des bourses ont été généreusement promues. (Dans l’ancienne version, le boursier gagnait en moyenne 1 500 $.)

dit M.moi McCann, visitez le Cégep de Saint-Félicien.

Activer les zones

Avec un programme renforcé, Québec espère accroître la vitalité du quartier et mieux répartir les étudiants dans le réseau collégial. Environ 12 000 places sont disponibles dans les cégeps régionaux.

Pendant ce temps, les cégeps du Grand Montréal débordent et se préparent à affronter une vague de plusieurs milliers d’étudiants dans les années à venir.

Danielle McCann estime que la mobilité étudiante fait « partie de la réponse aux changements démographiques auxquels notre société est confrontée ».

De plus, il sera possible de combiner la Bourse Parcours avec la Bourse Perspectives Québec, qui cible les secteurs en manque d’emploi dans les services publics et les secteurs cibles stratégiques.

promotion nationale

Depuis longtemps, les acteurs du milieu collégial réclament une réforme du programme de mobilité étudiante adopté en 2016.

Le Regroupement des cégeps de région (RCR), qui a participé à l’élaboration de la nouvelle version, avait notamment une volonté : faire la promotion du programme à l’échelle nationale, qui est peu connue. “Et le gouvernement s’y est engagé”, s’est félicitée la porte-parole du RCR, Marie-Claude Deschamps.

La Fédération étudiante de l’Université du Québec (FECQ) insiste également sur l’importance d’une promotion forte et coordonnée, dès le secondaire. Vous voulez un plan concret du ministère.

Si le programme initial n’a pas pleinement atteint ses objectifs, c’est en raison d’un manque de “financement national et de coordination” dans sa promotion, comme le déplore la FECQ dans un communiqué.

Mais le ministère va dans la bonne direction, estime M..moi Déchênes. Le nouveau nom du programme, plus attrayant et évocateur, en est un bon exemple.

« Parcours » fait référence au parcours académique, au parcours de la vie, pour parcourir le Québec. “Il y a quelque chose de plus attrayant pour les jeunes”, dit-elle.

Trouver un logement pour les étudiants

Si le programme fonctionne comme espéré, les cégeps régionaux seront confrontés à un autre défi : trouver un plafond pour tous ces étudiants, alors qu’il y a pénurie de logements partout. Le chargé des relations extérieures s’y attèle déjà et sent la volonté du gouvernement d’en faire autant.

“Cela fait partie de nos chantiers privilégiés, et toute la question des infrastructures d’accueil. L’attractivité des territoires passe par le logement.”moi Déchênes.

Leave a Reply

Your email address will not be published.