Wallonie : S’informer sur l’évolution des élèves scolarisés dans sa commune

Parallèlement à la création de quatre lycées et à la disparition (ou fusion) de quatre autres, une analyse de ce qui a changé dans l’enseignement wallon au cours des dix dernières années scolaires, de 2010-2011 à 2020-2021.

1Le faible nombre de jeunes enfants en maternelle dans leur commune

En dix ans, la maternelle a attiré un nombre un peu moins important de jeunes enfants habitant sa commune. En Wallonie, elles ont accueilli 2,1 % de jeunes enfants en moins entre 2010-2011 (78,9 %) et 2020-2021 (76,8 %). Une tendance qui s’accélère (-0,5 % entre 2010-2011 et 2015-2016 et -1,6 % entre 2015-2016 et 2020-2021) au cours des cinq dernières années.

Au niveau local, certaines provinces wallonnes sont moins performantes. C’est le cas de Twain et de Dinant, dont les écoles maternelles ont respectivement perdu 5,7 % et 4,8 % de leurs enfants.

2Le Luxembourg n’est plus en difficulté

Bien qu’elle reste la province avec l’école qui propose l’école la plus fréquentée par les enfants de la région, la province de Luxembourg est l’entité dans laquelle la part des jeunes wallons scolarisés à proximité de leur domicile diminue. C’est à moyen et court terme.

Ainsi, les écoles primaires des départements de Marche-en-Famenne et de Virton ont vu respectivement 5,6 % et 5,1 % de leurs élèves locaux décrocher depuis 2010-2011. Au secondaire, la tendance est forte à Bastogne (-5%).

3Brabant wallon, Warimi et Verviers, plus attractifs

Au contraire, depuis une dizaine d’années, le Brabant wallon – dont l’attractivité scolaire sur sa commune est parmi les plus faibles de Wallonie – attire de plus en plus d’élèves locaux. Qu’il soit maternel (+1,1%), primaire (+1,8%) ou secondaire (+2,6%), l’évolution de la proportion de jeunes brabançons scolarisés dans une école de leur commune est en constante augmentation depuis dix ans.

Autres résultats agréables : certaines régions attirent également plus d’étudiants locaux ces derniers temps. C’est le cas notamment des écoles primaires de Philippeville (+1,3%) et des classes secondaires de Waremme (+2,3%) depuis cinq ans, mais aussi de l’enseignement secondaire de Verviers (+3,5% ) ) il y a dix ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published.