Qui est Bab Ndiaye, le ministre de l’Éducation nationale, qui a coupé la ligne de Jean-Michel Blanquer ?

“M. Bab Ndiaye a été nommé ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse.” C’est la grande surprise du gouvernement d’Elizabeth Bourne qui a été dévoilée, vendredi 20 mai, par le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Koehler, sur les marches du palais présidentiel.

Né d’un père sénégalais et d’une mère française, Pap Ndiaye était jusqu’alors aux commandes du Palais de la Porte Dorée, qui abrite le Musée national d’histoire des migrations à Paris. Un poste qu’il occupe depuis le printemps 2021, après avoir été nommé par Emmanuel Macron. Professeur à Sciences Po Paris, ce chercheur de 56 ans est un universitaire respecté par ses pairs et considéré comme un “pointure” En France et à l’étranger sur les problèmes des minorités.

Dans son premier discours en tant que ministre, l’expatrié s’est identifié comme “Un pur produit du mérite républicain qui forme l’école comme un pilier (…), peut-être un symbole, un symbole de mérite, mais peut-être aussi un symbole de diversité.” Puis il a affirmé « Comprendre cette mission avec humilité et humilité, mais aussi avec toute l’énergie et toute la bonne volonté intelligente [sienne]“. Favoriser les savoirs de base, l’égalité des chances et la nécessaire adaptation de l’école aux bouleversements d’économies et de sociétés entières “Défis” qui a l’intention d’élever.

Sur une photo qui lui est dédiée le monde En 2021, le quotidien affirme avoir été choisi par le chef de l’Etat “Satisfaire les âmes”face aux tensions identitaires que redoute le gouvernement dans le pays, notamment après la mort de George Floyd aux États-Unis, En mai 2020. Pap Ndiaye vit sa nomination comme un symbole de la jeunesse “non oeuf”Même si cette date « D’abord à cause de sa longue carrière universitaire (…). Je me suppose comme avec la couleur de ma peau.Il a ajouté à l’AFP.

Bab Ndiaye, qui n’hésite pas à en parler Le racisme structurel en France, où des institutions telles que la police peuvent se livrer à des pratiques racistes », n’Il n’a pas du tout la même vision que son prédécesseur, Rue du Grenelle. Jean-Michel Blanquer avait déjà consacré une partie de ses cinq années au ministère à combattre “Idéologie éveillée”. “Dans toutes les questions relatives aux minorités, il incarne des tendances qui ne sont certainement pas celles appliquées par Jean-Michel Blanquer.”confirme le sociologue Michel Wieviorka, est toujours en le monde. “S’il avait les moyens d’obtenir la politique qu’il pourrait incarner, en tant que figure intellectuelle, je pense qu’on irait dans une nouvelle direction”, a-t-il ajouté. abonder.

emploi “La gauche islamique” Dans le milieu universitaire, dénoncé par Jean-Michel Blanquer ou encore l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Frédéric Vidal, se trouvait Bab Ndiaye. Frappez France Inter : Ce terme ne désigne aucune réalité dans l’université. Ce qui m’étonne surtout, c’est le degré d’ignorance du monde politique des recherches menées à l’université en sciences humaines et sociales.

Dès vendredi, l’arrivée de Marie Ndiaye, frère du prix Goncourt 2019 de l’Éducation nationale, qui avait signé en 2012 une tribune appelant à voter pour François Hollande, n’a pas manqué de faire réagir la classe politique.

A l’extrême droite, cette appellation est insultante. C’est le cas du porte-parole du Rassemblement national, Julian O’Doll, qui déplore sur Twitter Un activiste de l’immigration réapprend à nos enfants à “vivre ensemble” avec les immigrés Le démantèlement de l’histoire de France. Cette nomination va au-delà de la provocation.

Du côté de La France insoumise (LFI), nous saluons cette nomination, même si nous y voyons une manœuvre politique. “Je suis étonné de cette nouvelle. Pour moi, Pap Ndiaye n’était pas là du tout. Ce qui est sûr, c’est qu’il fallait ‘débannir’ l’éducation nationale”, a répondu à l’AFP, le député LFI Alexis Corbière. Mais “Ce stratagème médiatique, le seul de ce gouvernement terne, n’apaisera pas la colère profonde dans l’éducation patriotique“, déclare le parlementaire.

Pour le Snes-FSU, le grand syndicat des enseignants du secondaire,La nomination de Bab Ndiaye est une rupture avec Jean-Michel Blanquer à plus d’un titre.. Suite “L’éducation nationale n’est pas seulement gouvernée par des symboles.”a prévenu dans un communiqué. “Les situations d’urgence sont réelles, et une réponse rapide est à prévoir, notamment en ce qui concerne les salaires.” Pour le nouveau ministre de l’Education nationale, la tâche s’annonce redoutable.

Leave a Reply

Your email address will not be published.