Un cours en présentation dans l’éducation de Remy Salama

Rémy Salama

Directeur de recherche à l’Inserm, il dirige l’Institut thématique de santé publique et l’équipe d’épidémiologie environnementale de l’Institut pour l’avancement des biosciences (Inserm, CNRS, Université Grenoble-Alpes). Il est titulaire d’un doctorat en épidémiologie de l’Université Paris-Sud, polytechnicien et agronome. Il a dirigé le Conseil scientifique du programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens et co-écrit un rapport pour le Parlement européen sur les effets et la réglementation de ces substances. Il est co-auteur d’une centaine de publications scientifiques et Le Mal du hors, L’impact de l’environnement sur la santé (Quae, 2022). A reçu le prix Tony McMichael de la Société internationale d’épidémiologie environnementale.

« La recherche en santé environnementale examine les causes profondes [des] Maladies, causes, causes de décès en quelque sorte. Ils prennent la forme de facteurs physiques, chimiques, comportementaux, sociaux et à ce jour d’agents infectieux, bien que ceux-ci n’en soient plus les principaux contributeurs. Tout cela constitue le spectacle, une idée à laquelle réfléchissent les scientifiques depuis quinze ans. Il identifie toutes les expositions environnementales que nous subissons de la conception à la fin de la vie.. » Rémy Salama.

Cette citation est extraite de son interview exclusive Lutter contre le changement climatique est une opportunité pour améliorer la santé, à découvrir sur le site du Collège de France avec son programme d’enseignement, ainsi que son autobiographie.

3 questions à l’épidémiologiste environnemental Remy Salama

Pouvez-vous nous définir le concept de présentation ?

La présentation détermine essentiellement tous les facteurs d’origine externe de l’organisme. Cela inclut des facteurs physiques (bruit, température), chimiques (minéraux, bisphénols…), biologiques (virus, bactéries…), psychologiques, sociaux ou encore comportementaux (alimentation).

Pourquoi est-il important d’investir collectivement dans ce concept ?

D’énormes efforts ont été faits au cours des dernières décennies pour caractériser le génome (l’ensemble du code génétique), qui est un analogue du déterminant héréditaire de la santé. Ces efforts ont permis de mieux comprendre les mécanismes de certaines maladies. Ils ont également démontré, par des études familiales, que pour de nombreuses maladies chroniques, les polymorphismes génétiques expliquent une partie limitée de la diversité des risques dans la population. Du côté négatif, cela laisse une large place aux contributions d’origine exogène – par exemple dans le cas du cancer du sein, premier cancer en Europe en termes d’incidence. Il est donc temps d’intensifier les efforts de recherche sur ces déterminants externes et comportementaux, regroupés sous le concept de présentation.

Qu’attendez-vous de ce cours spécifique dans votre enseignement ?

Un peu plus de 15 ans après la naissance du concept d’exposition, et dix ans après le début des premières grandes études européennes sur la question, dont le projet Helix, le cours évaluera ce que l’exposition et la recherche en santé environnementale peuvent raisonnablement offrir en termes de connaissance. Ce cours aborde les défis méthodologiques, encore nombreux – statistiques, notamment liés à la “malédiction de la dimension”, et métrologiques.

Ce sera également l’occasion pour Clémence Fillol de Santé Publique France de présenter de manière synthétique les résultats de l’enquête nationale de biosurveillance menée par Santé Publique France, qui peut être considérée comme la première grande caractérisation de l’exposition chimique de la population. Français. Ces résultats sont essentiels pour rendre visible cette présentation, et contribuer, avec les travaux sur la charge environnementale des maladies, à la hiérarchisation des risques sanitaires d’origine environnementale.

chaire de santé publique

Créée en partenariat avec Santé publique France, la Chaire de santé publique du Collège de France vise à encourager l’excellence de la recherche et du débat intellectuel au plus haut niveau sur les questions de santé publique et en particulier à sensibiliser les enjeux contemporains. , en France et dans le monde, auprès de la communauté médicale et scientifique, des décideurs et du grand public, en invitant chaque année un responsable personnel différent.

Leave a Reply

Your email address will not be published.