“France 2022” : Ferran se moque de l’attaque de Bardella sur Ndiaye

LUDOVIC MARIN via Getty Images

Olivier Veran, ici sortant de l’Elysée à Paris, le 8 juin 2022.

Législatives – Pouvoir d’achat, retraites, éducation… Olivier Véran, ministre chargé des Relations avec le Parlement et ancien ministre de la Santé et des Solidarités, a été visé jeudi 9 juin lors d’un débat parfois houleux sur France 2, par des représentants de la gauche, la droite et l’extrême droite, avant le premier tour à trois jours des législatives.

L’un des échanges les plus féroces portait sur l’éducation civique (Écoutez la vidéo ci-dessous), lorsque Jordan Bardella, président par intérim du Rassemblement national, accuse le ministre Pap Ndiaye de « faire des analogies crasseuses et écœurantes entre la police de banlieue française d’aujourd’hui et la police de Vichy », et de « faire une responsabilité raciale » ou « ouvertement extrémiste de gauche, éveillée , militant colonial”.

“Il sera donc chargé d’éduquer nos enfants, franchement cette promesse”, a encore lancé Jordan Bardella, avant d’avancer : “Je pense qu’il y a un retour en arrière d’Emmanuel Macron vers Jean-Luc Mélenchon, qui a appelé Votez pour Emmanuel Macron dans le C’est une façon de le remercier. Je pense que M. Blanquer sera très triste ce soir.

“Je trouve ça scandaleux.”

Olivier Veran a répondu lors de cette émission spéciale intitulée France 2022.

“Je trouve cela honteux”, a poursuivi le ministre. « Appelez-le, discutez avec lui, discutez-en, prenez vos propres décisions. Vous glorifiez une personne qui n’a pas commencé une activité publique, vient d’entrer dans la vie publique, et entreprendra la réforme de l’éducation nationale ; vous vous moquez de lui et j’ai le meilleure idée de pourquoi vous faites cela, M. Bardella.”

Après l’annonce du nouveau gouvernement d’Elizabeth Bourne le 20 mai, des dirigeants d’extrême droite – dont Jordan Bardella (Lire le tweet ci-dessousElle a concouru à des postes de colère pour dénoncer le successeur de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Éducation nationale, Bab Ndiaye.

En cause, notamment : les attitudes de cet intellectuel reconnu au sujet de divers sujets que l’extrême droite déteste, comme l’anti-discrimination ou l’émergence des minorités.

Voir aussi sur Le Demi Poste: Vous ne comprenez rien aux élections législatives ? Nous déchiffrons le dictionnaire pour vous

Leave a Reply

Your email address will not be published.