Jean-Michel Blanquer a été éliminé au premier tour des législatives

C’était la première fois que Jean-Michel Blanquer était élu en se présentant le 4e Cercle de Laure. Pour l’ancien ministre de l’Éducation nationale, le baptême du feu touchera à sa fin.

Lire aussi : Résultats des législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon confirme que le “parti présidentiel est vaincu et vaincu” et appelle les électeurs de gauche à “monter” au second tour

Aux côtés de Montargues, dans cette circonscription qui a toujours voté pour le serment depuis 1958, Jean-Michel Blanquer, qui a passé cinq ans à la tête d’un ministère souverain – une longévité record à ce poste sous V.e République -, vise à battre le député sortant Jean-Pierre Dore (Les Républicains), élu depuis 2002, qui ne s’est pas présenté aux élections. Lors des élections présidentielles, la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, a excellé au premier tour (32%) comme au second tour (52%).

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Jean-Michel Blanquer, son atterrissage brutal aux législatives de 2022

Initialement, l’ancien général de brigade visait un atterrissage en parachute à 3e Une circonscription à Evelyn, un territoire de droite actuellement occupé par Béatrice Peron (LRM). Selon un confident du ministre, ce dernier aurait accepté de devenir l’adjoint de M. Blanquer qui, s’il était nommé au gouvernement Bourne, lui aurait laissé son siège à l’Assemblée nationale.

Mais janvier est passé. Le protocole sanitaire très critiqué dans les écoles, qui a été annoncé depuis Ibiza (Espagne), où il était en vacances, a fait pâlir la star de la chérie de l’Elysée. Puis la suite de Jean-Michel Blanquer s’emploie à trouver une nouvelle règle : les quatre seronte Cercle de Laure.

Lire aussi : Législatives 2022 : Où avancent les quinze ministres et sous quelle forme politique ?

Mais même s’il a finalement été investi par la majorité présidentielle, la compétition a été rude au premier tour du ministre, avec au moins deux challengers de droite dans les rangs. Il est le candidat exilé à l’Elysée. Il a des difficultés à Paris, alors ils essaient de le trouver en mesure de terminer sa carrière.s’est notamment moqué début mai de Jean-Pierre Doré, qui soutient le candidat républicain, Ariel Lévy. “Il aurait dû choisir une autre place, et nous ferons tout pour l’empêcher d’être élu “, à la prudence.

Leave a Reply

Your email address will not be published.