L’éducation spécialisée gagne une place dans les quartiers

La CL En septembre 2021 pour pallier les carences de la géographie de l’éducation prioritaire. Les effets de seuil laissent en effet de côté un certain nombre d’écoles et de collèges qui rencontrent pourtant les mêmes difficultés que les établissements des réseaux d’éducation prioritaire.

Établis entre les autorités académiques et les écoles, collèges ou lycées, les CLA offrent flexibilité et différenciation dans l’allocation des ressources complémentaires. Ils sont testés dans 172 écoles, collèges et lycées de trois académies et bénéficient d’un budget de 3,2 M€. Une bénédiction pour l’enseignement privé catholique qui a déclaré son intérêt, dès 2020, au ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Jean-Michel Blanquer.

Indice d’attitude sociale

Un an plus tard, c’est de la bouche de Philippe Delorme, secrétaire général de l’Enseignement catholique, et non du ministère de l’Éducation nationale, que six établissements catholiques privés signeront la CLA aux trois académies d’évaluation. La première… qui se poursuit en 2022 avec quatorze établissements privés supplémentaires dans le dispositif à la rentrée, tandis que douze nouvelles académies seront concernées.

Le Snes-FSU, syndicat majoritaire des minorités, a dénoncé “les détournements de fonds au profit du secteur privé”, aux dépens de Une éducation prioritaire plus ambitieuse. La Commission nationale d’action laïque note que « dans l’enseignement public, il y a des écoles orphelines qui attendent d’être classées en éducation prioritaire : des situations connues dans chaque arrondissement, dont le traitement est toujours lent ». Natalie Tretiaco, secrétaire générale adjointe pour l’enseignement catholique, affirme que « les mêmes indications trouvées dans le public ont été utilisées pour sélectionner les établissements privés qui ont pu contracter ».

Taux de boursiers, pourcentage d’enseignement fixe, IPS Des élèves… « Les six établissements sélectionnés ont un indice inférieur à 100 », assure-t-on, alors que la moyenne nationale est de 102 et que 10 % des établissements (publics et privés) ont un IPS moyen inférieur à 81. Collège Saint Mary, à Roubaix (98 800 habitants, Nord), le site sur le CLA, compte 80 % d’étudiants boursiers et 75 % de parents actifs ou inactifs.

Natalie Tritiaco, protestant contre le “cliché de l’élite de l’establishment”, insiste sur le fait que “dans la plupart des cas, les personnes en difficulté ne paient pas de cotisation et bénéficient de fonds de solidarité”. Selon les associations d’élus locaux, l’implication du secteur privé dans l’éducation prioritaire ne bouge guère. “La question ne s’est pas posée dans notre commission”, témoigne Catherine Arino, maire (DVD) de Chanteloup-les-Vignes (10.400 habitants, Evelyn) et adjointe au maire de Ville et Banlieue, qui regrette de ne pas revenir de l’éducation nationale.

domaine d’expertise

dansADFle même récit : “Le dispositif nous fuit. Ce sont des mesures pédagogiques hors de notre champ de compétence.” dans les zones difficiles “, dans la mesure où elle fournit déjà des moyens éducatifs et où les collectivités financent les dépenses d’emploi”.

Bien sûr, mais sans compensation ? Depuis dix ans, on ne compte plus les rapports réclamant que l’enseignement privé sous contrat contribue à la mixité sociale et éducative, mais sans succès. “C’est la difficulté d’entrer dans une éducation prioritaire, avoue Natalie Tritiaco. Nous valorisons la liberté de choix des familles.”

“J’avais d’autres écoles publiques à proposer”

Jeslyn Rodriguez Adjoint au maire (EELV) de Nantes (318 800 habitants), délégué à l’éducation et à la réussite éducative

“Quand j’ai rencontré Natalie Elimas, l’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Éducation prioritaire, au printemps dernier, ma crainte était de revoir le zonage. Elle n’a pas évoqué l’inclusion d’un établissement privé nantais dans le dispositif. Je l’ai appris tardivement.”

Tant que ce sont des écoles privées qui accueillent des résidents prioritaires, ce financement ne me dérange pas. Mais avons-nous compilé une liste d’institutions à l’échelle de l’académie pour voir si les écoles privées se classent parmi les dix meilleures ? Je ne peux pas croire ! Si j’avais le choix, j’aurais d’autres écoles publiques à proposer, auxquelles il faudrait porter une attention particulière. Mais il n’est pas facile d’échanger des notes. Nous aimerions être plus impliqués dans la réforme de l’éducation prioritaire. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.