Rester à la maison ou aller à l’école ? Dans les départements en vigilance rouge, parents et écoliers s’adaptent à la hausse des températures

Victor est en CE2 dans un lycée toulousain et, franchement, être en classe en ce moment n’est pas simple : “En fait, nous sommes chauds et nous ne pouvons pas nous concentrer beaucoup”L’enfant de 8 ans explique, réponse. La France s’enfonce dans la fournaise avec des records de mercure vendredi 17 juin, dépassant les 40 degrés Celsius à certains endroits. Météo France a mis douze provinces en état d’alerte maximale. Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé que les élèves des écoles et universités de ces départements pourront rester chez eux dès vendredi.

>> Continuer nos vies sur la canicule sans précédent qui frappe la France

Mais Victor, avec son petit frère Joseph, ils iront bien à l’école. Leurs parents ont décidé que : Bien sûr, ils iront, Explique le père de famille. Mais ils porteront un petit T-shirt avec un petit maître et un petit éventail. Ce n’est pas facile, il fait très chaud et il n’y a pas de climatisation dans les salles de classe. Nous travaillons, nous devons donc les envoyer à l’école. Ils seront courageux et ensuite ça passera.

En revanche, Mélanie, la mère d’une collégienne, a été un peu surprise par cette procédure. Finalement, elle a permis à sa fille de ne pas aller en classe. “S’il fait trop chaud pour être en classe, c’est compréhensible”La mère de famille se propose. Idem pour Noah, 12 ans, qui en a marre d’être enfermé en classe. “C’est très difficile, il n’y a pas de ventilateur dans la salle de classe ni de climatiseursL’élève s’explique. Les fenêtres sont grandes ouvertes, il fait très chaud. Il fait 41 degrés Celsius, je ne suis même pas allé à l’université, je reste à la maison avec mes trois fans.”

Des salles de classe où la température dépasse allègrement les 30°C, ce qui arrive quotidiennement à de nombreuses écoles du Tarn voisin. Pour le syndicat des enseignants SNUipp-FSU du ministère, la décision du ministère de proposer aux familles qui peuvent garder leurs enfants à la maison est bonne mais pas suffisante. “Nous demandons au gouverneur d’assumer ses responsabilités et d’ordonner la fermeture des écoles publiques”Bastien Alberti, co-secrétaire du syndicat, explique.

“Peut-être que nous ne devrions pas fermer toutes les écoles du département, mais le gouverneur devrait assurer la sécurité des enfants et du personnel. La responsabilité ne devrait pas incomber uniquement aux familles.”

Bastian Alberti, SNUipp-FSU

à franceinfo

Cela fait plusieurs jours que certains parents de ces départements ont cessé d’envoyer leurs enfants à l’école. Les salles de classe sont complètement fermées. Il faut dire que les bâtiments sont souvent mal adaptés aux températures élevées. « Ces bâtiments sont encore anciens et pas forcément bien isolésExplique Bastien Alberti Pour les nouvelles écoles récemment construites, les architectes ont apprécié, mais il y a de grandes baies vitrées sans possibilité d’ouvrir les fenêtres, pas de volets, seulement des stores. A l’intérieur, il y a des fours dans ces écoles.”

Le ministère de l’Éducation nationale appelle à une limitation de l’activité physique dans ces départements en alerte rouge : seules celles de faible intensité sont autorisées.

Leave a Reply

Your email address will not be published.