Christian Jacob annonce que LR ne sera pas la “roue de secours” de la majorité

Christian Jacob, président de LR, a indiqué lundi que d’ici l’automne les Républicains présenteront “une série de propositions” sur divers sujets allant de l’éducation à l’immigration. Ce dernier entend garder son parti à l’initiative dans le rôle d'”opposition responsable”. Il a encore affirmé lundi que “nous nous opposons au gouvernement d’Emmanuel Macron et restons sur cette ligne”. Et mardi, le président Les Républicains, en amont de sa rencontre avec Emmanuel Macron, a rejeté toute idée d’accord de gouvernement, assurant que LR ne serait pas la “roue de secours” de la majorité.

Nous sommes dans l’opposition et nous y resterons. Nous n’avons pas de métier pour une béquille ou une roue de secours. “La réponse ne sera pas dans les ruses et les tromperies”, a déclaré sur France Inter Christian Jacob, qui a été le premier chef de parti à être reçu par le chef de l’Etat à 10 heures.

Christian Jacob a aussi eu des mots très durs ce matin envers Emmanuel Macron, “le président en tactique, qui a exploité les extrêmes (…) sur le thème ‘moi ou le chaos'”, qui “était dans l’arrogance et l’arrogance constantes”, et n’était “qu’une seule pensée, nous détruire”. « Maintenant, il demande de l’aide ? Il aurait dû y penser avant, peut-être.”

pas d’alliance

Dans ce contexte, Christian Jacob a ajouté, “Il n’est pas question de charte, de coalition ou d’accord d’aucune sorte”, alors que LR pourrait théoriquement représenter le soutien nécessaire à Emmanuel Macron pour voter ses réformes. En revanche, a-t-il ajouté, LR serait “la force de la proposition sur chacun des textes proposés”. “Nous présenterons, avant la fin de l’été ou à l’automne, une série de propositions sur divers sujets intéressant les Français”, a-t-il souligné.

L’opposition dans l’opposition

Il a ajouté qu’il y avait une ligne d’opposition “presque unanime”, tandis que le maire de Mo, Jean-François Copé, a provoqué un tollé en parlant d’un accord gouvernemental dimanche soir. Quant à l’idée du renouveau de Macaroni, Christian Jacob a estimé qu'”en matière de braconnage, ce qu’il fallait faire a été fait, et je n’ai pas trop de soucis à me faire”.

En réponse à une question sur un éventuel vote de confiance au gouvernement, il a confirmé lundi qu'”aucun membre de la Chambre des représentants ne votera pour la confiance. Mais je pense que cela ne sera pas demandé”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.