Tricherie pendant le CEB dans une école de Koekelberg : Deux professeurs séparés

L’examen du CEB en histoire et géographie a été passé vendredi pour les élèves de 6e Ecole primaire en Belgique. Dans une école de Koekelberg, deux enseignants ont été licenciés après ce qui semblait être de la triche. En effet, l’un d’eux a pris la décision de donner aux disciples des informations importantes concernant une question sur les grandes périodes de l’histoire. L’autre, qui n’a rien dit, est considéré comme un partenaire. L’enseignante en question, arrivée à l’école en septembre, a demandé aux élèves d’écrire au crayon puis d’effacer à voix haute les réponses qu’elle donnait.

Qu’a dit l’inspecteur ? Beaucoup d’enfants n’ont pas effacé les notes. Au moment de la correction, l’enseignant responsable de la correction de cette question a noté les pointeurs. “Les copies sont corrigées au Centre de correction, qui est une série d’enseignants de différentes écoles. Chaque enseignant corrige une question puis passe à la suivante. L’enseignant qui corrigeait la question a remarqué le crayon et l’a signalé à l’inspecteur”Nous sommes informés par l’école, qui ne peut être nommée pour des raisons de procédures en cours.

Les enseignants ont été convoqués devant l’administration et l’inspecteur mais ils ont nié les accusations de tricherie. Alors l’inspecteur a demandé à parler à un enfant. Il a dit: Ma dame l’a commandé et nous avons dit que nous devrions l’effacer.L’école nous le dit. Les deux enseignants sont, pour le moment, exclus par rapport au CEB. Ils doivent être entendus par le conseil d’administration de l’école, qui prendra la décision. “Nous n’avons pas encore tous les éléments pour prendre une décision.”confirme Véronique Lefrancq, conseillère à l’éducation à la commune de Koekelberg.

L’inspecteur doit adresser un rapport à l’école ainsi qu’à l’autorité réglementant le volet disciplinaire. De son côté, la Poste a également demandé à l’école de rédiger un rapport. “C’est la première fois que nous rencontrons ce genre de problème. Nous devrions consulter les étapes à suivre.”, raconte Véronique Lefrancq. À suivre: “Sans le rapport de gestion qui contient tous les éléments du rapport d’inspection, il nous est très difficile de répondre, sauf à dire que nous sommes très déçus de ce comportement. Cela punit les enfants et le personnel enseignant car cela renvoie une mauvaise image des enseignants et de l’institution.

En ce qui concerne la question problématique, c’était simplement “neutraliser”. Cela signifie qu’il a été supprimé et que le total du test a été reporté à 59 au lieu de 60.

Leave a Reply

Your email address will not be published.